En-tête

Qu'il est difficile de vivre ensemble par les temps qui courent : que l'on soit transitionneur, gilet jaune, "simple citoyen", chacun de nous est en prise au quotidien avec les frustrations et les contradictions d'un monde sur lequel il a le sentiment de n'avoir que peu de prise ; un monde dans lequel surtout il se sent incompris, pas écouté, parfois (souvent ?) méprisé.

Ces personnes qui ont un travail à plein temps mais qui luttent dès le 20 du mois, parfois plus tôt, pour arriver à payer toutes leurs factures. Tous ces exclus de plus en plus présents et visibles, dans  les rues de Paris et les allées du Bois de Vincennes, qui s'apprêtent à passer l'hiver dehors. Ces migrants qui  après avoir survécu à des épisodes de guerre,  des tortures, à une traversée cauchemardesque de la Méditerranée, se retrouvent dans un pays dont ils ne parlent souvent pas la langue et dans lequel ils sont considérés avec méfiance, quand ce n'est pas avec haine.

Pourtant, malgré toutes nos différences, nous sommes tous irrémédiablement liés dans une même communauté de destins : celle que dessine une urgence climatique toujours plus pressante, prégnante, oppressante. Certes, nous ne sommes pas égaux, et ceci encore moins devant le péril climatique. Mais nous sommes déjà tout touchés, à des degrés divers, dans différents domaines, par sa violence.

Nous autres être humains, nous avons de la chance, car nous avons un avantage sur les autres espèces vivantes que nous devons retrouver et exploiter pour reprendre prise sur nos vies et sur ce que nous faisons subir à notre environnement. Cette chance s'appelle au choix imagination, créativité, optimisme, joie. Appelez-la comme vous voulez et venez donc l'invoquer avec nous ce samedi, dans les rues de Paris, pour raconter un autre monde, chanter des chansons dessus, écrire des poésies dessus, le dessiner, bref : rendre tout cela vivant* !

Transitionnement vôtres,

Boucles de la Marne Territoire en Transition

Rendez-vous ce samedi

La Marche pour le climat parisienne, organisée par une soixantaine d'organisations, part de Trocadéro à 14 heures. Si vous voulez vous joindre à nous, nous vous proposons de prendre le RER A depuis la station de Nogent-sur-Marne à 13h (événement Facebook).

---

Ailleurs sur le Web

(Des articles qui nous "parlent" et que nous avons envie de partager avec vous)

 * On ne sapera le capitalisme qu'en lui opposant une merveilleuse alternative : une très belle interview de Rob Hopkins, fondateur du réseau des Villes en Transition, sur la nécessité de renouer avec notre pouvoir d'imagination dans un monde complexe et de travailler sur notre récit.

Extrait : "À mon avis, ce qui mobilise les gens, c’est un récit sur le futur qu’il est encore possible de créer. Ce futur peut comporter une part d’effondrement, mais il faut en parler de façon délicieuse, excitante : il faut donner aux gens des choses dont ils aient envie." Lire

Pour une écologie plus sensible : un article écrit par des chercheurs et des écologues qui explique pourquoi on ne peut pas compter sur la seule raison humaine pour relever le défi environnemental. 

Extrait : "La voie des seules forces de l’esprit, rationnelles ou spirituelles, reste toujours trop étroite. Elle nous met à distance et en déconnexion de notre monde, hors de sa plénitude et de la multiplicité de ses réalités." Lire

 

Rêvons, pensons, agissons ensemble sur notre territoire.