Juillet sans plastique : lancez-vous !

 

Ce lundi 3 juillet a marqué la journée mondiale sans plastique (si si !), mais cette question occupe tout le mois de juillet avec cette initiative australienne qui a depuis fait des petits dans le monde entier : le Plastic Free July.

 

Relevez le défi de la traque au plastique dans votre quotidien durant ce beau mois de juillet, pour prendre conscience de son omniprésence, mais aussi voire surtout pour essayer de prendre de nouvelles habitudes.

Pas besoin de chercher à éradiquer complètement le malotru de votre foyer, vous pouvez envisager la démarche par paliers, en vous attaquant au plastique à usage unique (les sacs plastiques, les bouteilles en plastique, les pailles,…) ou en ciblant tous les types de plastique lors de vos achats de ce mois.

Pour les moins courageux, vous pouvez commencer ce défi de juillet par un « audit » de vos poubelles et de vos achats, pour cibler plus précisément le plastique qui rentre chez vous et les solutions alternatives. Pour celles et ceux qui se débrouillent en anglais, le lien donné plus haut sur la campagne Plastic Free July permet de s’enregistrer au défi et de recevoir beaucoup de conseils, sans compter un quizz diagnostic sur le plastique dans notre quotidien.

 

S’intéresser au plastique est une entrée essentielle dans la réflexion sur la réduction des déchets, tant le matériau a envahi nos vies pour des raisons (faussement) pratiques et (surtout) économiques. Or, le recyclage du plastique est non seulement imparfait, mais également très complexe, avec des consignes de tri souvent mal connues et mal comprises.

Pour résumer :

 

Il est assez fascinant de constater que notre société a atteint un point où extraire du pétrole du sol, l’envoyer dans une raffinerie, le transformer en plastique, le mouler, le transporter dans un magasin par camion, l’acheter et le rapporter chez soi est considéré comme une solution plus simple que de laver sa cuillère quand on n’en a plus besoin. — Et encore, on passe sous silence l’emballage plastique qui enveloppe toute cuillère en plastique qui se respecte.

 

 

Pauline, qui s’est engagée dans une réduction draconienne de ses déchets non-recyclables depuis plus d’un an, fera le bilan de son expérience à la fin du mois de juillet, et essaiera de poster des articles plus ciblés sur la réduction des déchets plastiques pour accompagner le défi.

Challenge accepted!

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *