La démarche Zero Waste : le meilleur déchet est encore celui qu’on ne produit pas

Waste en anglais signifie à la fois déchet et gaspillage ; un double sens riche en signification que le français ne permet pas de traduire aussi complètement en un seul mot. Zero Waste reste donc pour nous le meilleur nom pour cette démarche.

Zéro déchet, zéro gaspi !

La démarche Zéro Waste part du constat que nos modes de production et de consommation ne sont plus viables, et qu’il est temps d’opérer ensemble un changement allant bien plus loin que la simple intégration du recyclage dans notre gestion des déchets, en se donnant pour objectif de parvenir à une société zéro déchet, zéro gaspillage. Le but n’est pas de produire toujours plus de déchets sous prétexte qu’ils seraient recyclables, mais d’en produire moins et de gérer autrement les déchets existants.

Les 3 R, devenus les 5 R
Trois grands mots d’ordre fondent la démarche, résumée par le principe des 3R : Réduire, Réutiliser, Recycler. A cela, Béa Jonhson, auteure du best-seller Zéro Déchet, ajoute « refuser », qu’elle place en premier, et différencie recyclage et compostage (« rot » en anglais).

REFUSER ce dont on n’a pas besoin : le jetable, le superflu, les échantillons gratuits, les cadeaux marketing ou inutiles… Mais peut être aussi refuser d’être passif face à une société de consommation dont on a pris conscience des excès.

RÉDUIRE ce dont on a besoin : se contenter du strict minimum et tendre vers une consommation plus sobre.
Pour réduire nos déchets, il faut commencer par modifier nos modes de production,  l’utilisation des ressources naturelles et de l’énergie, permettant de réduire l’utilisation des matières premières. En appliquant ce principe au quotidien, on sera vigilant à privilégier l’achat de produits élaborés dans le respect de ces critères, voire en circuit court…

RÉUTILISER : acheter d’occasion, louer, emprunter, donner … (voir à ce sujet notre article sur l’économie circulaire).

Aujourd’hui, l’usage d’un bien est limité ou interrompu non plus parce qu’il est “hors d’usage”, mais pour des raisons liées à nos modes de consommation, quand il ne s’agit pas tout simplement d’obsolescence programmée. Dans la démarche Zero Waste, le but est au contraire de maximiser l’usage en réutilisant, en partageant et en mutualisant l’accès aux biens. Dans le domaine des emballages, cela signifie d’éviter les modes de distribution reposant sur le “jetable” pour favoriser la réutilisation (consigne, vente en vrac…).

bocaux2RECYCLER : Préserver la matière
Longtemps, le recyclage a été le mot d’ordre en matière de geste environnemental. Aujourd’hui, le constat est mitigé : prestataires peu transparents, tri sélectif encore largement mal fait, manque d’informations… Si le recyclage (en particulier celui du carton/papier et du verre) a sa place dans une démarche Zero Waste, il convient d’aller plus loin dans l’examen des réalités du recyclage de nos déchets.

COMPOSTER (to rot en anglais) : les matières organiques (restes de cuisine, etc.) et carbonées (papier journal) finissent encore largement dans la poubelle ménagère. Pourtant, le compostage sous toutes ses formes (individuel, collectif, lombricompost) permet de valoriser ces déchets et de les retourner à la terre.

img_0944

Création d’un compost pour le domaine des Grésillons, lors du week-end d’initiation à la permaculture organisé en octobre 2016

Vous l’aurez compris en lisant cet article, le sujet du Zero Waste est pour le moins vaste et complexe ! C’est pourquoi nous avons créé un groupe Zero Waste au sein de notre association pour continuer de réfléchir au sujet et essayer de sensibiliser les habitants de nos villes à la démarche Zero Waste et aux possibilités que notre tissu urbain nous offre pour nous lancer.

Outre le recensement des acteurs Zero Waste disponibles près de chez nous (Perreux-sur-Marne, Nogent-sur-Marne, Champigny-sur-Marne…), l’un de nos principaux projets en cours consiste dans l’organisation d’ateliers Do It Yourself dans le cadre desquels nous proposerons aux personnes qui le souhaitent de réaliser leurs propres produits ménagers, cosmétiques et alimentaires (conserves). Nous prévoyons d’organiser ces ateliers au début de l’année 2017, nous vous tiendrons informés des dates dès qu’elles seront définitives.

Face à l’engouement médiatique et populaire pour le Zéro déchet, notre jeune groupe est en pleine ébullition et en quête de volontaires et de bonnes volontés : n’hésitez pas à vous venir nous voir pour en discuter directement avec nous ! Sur les prochaines semaines, vous aurez deux possibilités pour ce faire : en venant le 13 décembre assister à une projection-débat sur le problème des déchets au cinéma de Nogent-sur-Marne, autour du film Trashed. Ou en venant à notre prochain rendez-vous citoyen, programmé le 14 janvier.

trashed2xEt si même la date du 13 décembre vous semble trop lointaine, vous pouvez toujours choisir de participer à l’un des nombreux événements organisés cette semaine, dans le cadre de la très officielle semaine européenne de la réduction des déchets. Alors, on s’y met ? 🙂

 

One thought on “La démarche Zero Waste : le meilleur déchet est encore celui qu’on ne produit pas

  1. Pingback: Nos 48 heures de l’agriculture urbaine – Boucles de la Marne Territoire En Transition

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *