Soirée projection-débat sur le revenu de base

Ce jeudi 23 février, le groupe Boucles & Bobines organise une soirée ciné-débat-action autour du revenu de base, à la MJC de Nogent-sur-Marne, en collaboration avec le Mouvement Français pour un Revenu de Base (MFRB). Si ce sujet peut sembler loin des problématiques habituellement abordées par notre association, il s’inscrit pourtant tout à fait dans notre vision, car il fait partie des outils possibles de l’avenir désirable que nous souhaitons contribuer à construire. Voici quelques explications de base et une petite introduction sur un sujet aussi décrié que méconnu, pour vous convaincre de vous joindre à la discussion ce jeudi.

Le revenu de base est un revenu versé par une communauté politique à tous ses membres, sur une base individuelle, sans conditions de ressources ni obligation de travail.

Comme le montre le nuage de mots, ses appellations sont aussi nombreuses que les philosophies qui plaident en sa faveur : le revenu de base est défendu par des représentants de la quasi-totalité de la sphère politique, des altermondialistes aux libéraux néoclassiques, mais aussi par des universitaires, des personnalités et des associations regroupées au sein du Basic Income Earth Network (BIEN) depuis 2004. Le BIEN définit le revenu de base ainsi :

Un revenu Périodique, Versé en liquide (pour permettre son utilisation en liberté), Individuel (versé à chacun, adulte comme enfant), Universel, Inconditionnel (sans condition de revenus notamment).

En France, depuis mars 2013, le Mouvement Français pour un Revenu de Base (MFRB), membre du BIEN, fédère les partisans de différents modèles, tout en stipulant, dans sa charte, que « l’instauration d’un revenu de base ne doit pas remettre en cause les systèmes publics d’assurances sociales, mais compléter et améliorer la protection sociale existante ».

Quels sont les arguments en faveur de la mise en place d’un revenu de base ?

  • Permettre à chacun de choisir son travail et de s’émanciper
  • Accompagner la disparition de nombreux métiers
  • Distribuer équitablement les bénéfices de l’automatisation
  • Réduire l’exode rural et les inégalités régionales
  • Eradiquer l’extrême pauvreté
  • Favoriser le développement de nouvelles richesses (création d’activités socialement utiles)
  • Lutter contre les trappes à inactivité (en supprimant les exonérations de charges sur les bas salaires)
  • Simplifier le système social, rendre visible l’équité et ainsi favoriser la démocratie.
  • Questionner la place prise par le Travail et surtout l’Emploi dans nos sociétés
  • Libérer le travail : le revenu de base remet en question l’emploi mais ne dévalorise pas l’idée de travail.

Tous ces arguments sous-tendent un vrai changement de société,qu’il s’agit d’anticiper. En effet, même si les experts ne s’accordent pas tous sur la proportion des emplois appelés à disparaître du fait de la numérisation et de l’automatisation, les mutations en cours exigeront de toute façon de revoir un système exclusivement (ou presque) basé sur le salariat.

Les expérimentation en cours et à venir

La carte ci-contre montre les projets passés (en rouge), en cours (en bleu) et à venir (en vert). Si les Suisses ont rejeté la proposition d’un revenu de base lors d’une votation citoyenne organisée en 2016, d’autres pays réfléchissent au sujet.

Outre la Finlande, qui a lancé une expérimentation de deux ans au 1er janvier 2017, auprès de 2000 personnes tirées au sort parmi des demandeurs d’emploi, et la ville d’Utrecht aux Pays-Bas, qui prépare une expérimentation sur 250 personnes dans le courant de l’année, plusieurs projets sont en cours en France.

Au niveau local

Une motion proposant l’étude de faisabilité de l’expérimentation d’un revenu de base en Aquitaine et portée par EELV avait été adoptée en juillet 2015. À la suite de la réforme territoriale, la région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes a repris cette idée et prévoit un rapport final sur sa faisabilité en juin 2017, qui pourrait déboucher sur une expérimentation.

Le département de la Gironde étudie différents scénarios de mise en place d’un revenu de base et prévoit les premières expérimentations en 2017. Il vient de mettre en place une plateforme interactive permettant de simuler et modéliser le financement de plusieurs revenus de base :

http://simulrb.extra.gironde.fr/digdash_dashboard/gironde/simulRB.html

 Au niveau national

Dans un rapport intitulé « Le revenu de base en France, de l’utopie à l’expérimentation » rendu public le 19 octobre 2016, la Mission d’information du sénat recommande une expérimentation dans des départements volontaires pendant trois ans, sur la base d’un revenu de 500 euros qui concernerait un échantillon d’au moins « 20 000 à 30 000 personnes ».

Que l’on soit pour ou contre, pour une version universelle (versée à tous) ou conditionnelle (sur le modèle finlandais) du revenu de base, il nous semble important de sortir des clichés entendus lors de débats de quelques minutes à la télévision pour discuter de ce sujet actuel qui concerne chacun et chacune d’entre nous. Nous vous donnons donc rendez-vous ce jeudi, à la MJC de Nogent-sur-Marne, autour du film « Un revenu pour la vie« , pour en savoir plus et en apprendre plus et en discuter, de manière dépassionnée. Vous pouvez réserver sur cette page. A jeudi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *