#2 La salle de bain (opération juillet sans plastique)

Rappel sur le Plastic Free July (site australien, textes en anglais).

 

Dans un précédent article, nous expliquions comment se passer de plastique pour boire en ce chaud mois de juillet. L’expérience prouve que des solutions simples existent, au supermarché, à l’épicerie bio, au café, mais que la vigilance est de mise, tant les matériaux durables et aisément recyclables tel que le verre sont délaissés au profit de ce bon vieux plastique.

 

Mais le volet des boissons n’est rien en comparaison du méga carton rouge qu’il faudrait coller aux produits de beauté et d’hygiène.

Entrez dans un supermarché et faites le test en vous promenant dans les allées shampooing, gel douche, dentifrices, et tentez de dénicher des emballages en carton, en verre ou en aluminium : bon courage ! Le plastique règne en maître incontesté sur ce domaine, et malheureusement les marques bio font rarement mieux en la matière.

Donc c’est foutu ? Pas si sûr, tour d’horizon des solutions :

 

  • Le corps

Délaissez les gels douche et optez pour un savon, le plus naturel et le plus artisanal possible (en vous méfiant du greenwashing attrape-couillon). En grandes surfaces, il est très rare de trouver des savons sans plastique, même si le Petit Marseillais a quelques références de savons surgras emballés dans une sorte de kraft (mais qui doit cacher un peu de plastique, l’enquête se poursuit).

Attention aux pseudo « savons de Marseille », et autres « savons d’Alep »

 

Vous aurez sans doute plus de chance en parfumerie ou sur les étals de vos marchés locaux pour les vacances ; il n’est pas rare d’y trouver des savons en vrac sans aucun emballage, ou dotés d’une simple manchette en carton.

 

Pour tout ce qui n’est pas savon, fouillez dans votre cuisine pour des produits basiques : huile de noisette pour le corps, exfoliant au marc de café (ou au sucre, ou au bicarbonate de soude,… les recettes ne manquent pas*).

* En voici même une : huile de coco, marc de café, cacao en poudre. C’est tout (et ça ne vous coûtera pas cher, la même chose dans le commerce existe pour une somme nettement plus élevée)

  • Les cheveux

Lamazuna, qui a remis le shampooing solide au goût du jour, après la marque Lush.

 

La seule alternative au flacon plastique des shampooings et le shampooing solide, emballé la plupart du temps dans du carton. A l’instar du pain de savon, ces produits durent plus longtemps que des gels, car mieux dosés lors de l’application. Pour les plus vaillant.e.s, il y a toujours la solution du no poo.

  • Les dents

Il est 7 heures, le réveil sonne ; vous vous levez, vous douchez (avec votre pain de savon, évidemment), déjeunez (avec des boissons sans plastique, vous suivez), puis vient le moment de vous brossez les dents. Vous avez probablement pour ce faire ouvert un tube de dentifrice (en plastique), pour y mettre le contenu sur une brosse (en plastique).

Là encore, il ne s’agit pas de ne pas se brosser les dents mais de considérer les alternatives, comme les brosses à dents à manche en bambou (compostables) et les dentifrices solides ou fait maison ; on peut aussi souligner que bien des dentistes recommandent à leurs patients (avec gencives sensibles) de se brosser les dents avec du bicarbonate de soude et de l’eau oxygénée, disponibles dans des emballages sans plastique.

Une brosse à dents en bambou, faute d’avoir inondé le marché, reste un produit plus onéreux (comptez entre 3 et 5 euros l’unité, avec des frais de port si vous n’avez aucun revendeur sur place), mais le prix de ce genre d’achat est largement contrebalancé par les économies réalisées en adoptant une hygiène corporelle sans plastique, qui fait la part belle au fait-maison et à des produits avec une meilleure durée de vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *